POURQUOI SE BOUGER REND HEUREUX ?

On nous répète sans cesse, au même titre que « manger 5 fruits et légumes par jour », qu’il faut « bouger chaque jour », car c’est bon pour notre santé.

Soit.

Et si je vous disais, qu’au-delà des effets bénéfiques de l’activité physique sur notre santé, elle est avant toute chose un vrai facteur d’équilibre et d’épanouissement dans notre vie ?

Pourquoi bouger plus ?

Nos quotidiens n’ont jamais été aussi sédentaires qu’aujourd’hui, et nombre de maux de notre société actuelle sont, de près ou de loin, en lien avec ce constat. Pathologies chroniques (obésité, diabète, maladies cardiovasculaires…), stress, fatigue chronique, arthrite, ostéoporose… La liste est longue.

Pourtant, l’activité physique procure tellement de bienfaits. La liste en est encore plus longue. Comment en est-on arrivé à la reléguer ainsi au second plan ? Question intéressante. Vaste débat, même.

En effet, au-delà d’être bénéfique pour notre santé, l’activité physique agit notamment sur deux autres axes essentiels :

*la condition physique : elle augmente la force, facilite la souplesse, l’équilibre et la coordination. Elle améliore l’endurance et les fonctions cardiaques et respiratoires. Avec l’âge, elle renforce l’autonomie et permet de maintenir une bonne qualité de vie.

*le bien-être : elle améliore la qualité du sommeil, la résistance à la fatigue. Elle diminue l’anxiété et aide à lâcher-prise, à se relaxer, à être plus détendu. Elle permet de se sentir bien, de garder le moral et contribue à développer une meilleure estime de soi. Elle contribue de ce fait à nous positionner différemment face aux événements que nous rencontrons dans tous les domaines de notre vie.

Activité physique et sport : une différence ?

Oui. Activité physique et activité sportive ne veulent pas dire la même chose. Si le sport est une activité physique, l’inverse ne s’applique pas.

D’après l’OMS, l’activité physique correspond à «tout mouvement produit par les muscles squelettiques, responsables d’une augmentation de la dépense énergétique».

Ainsi, marcher, monter les escaliers, faire du vélo, de la natation, jardiner, porter les sacs de courses, faire le ménage… toutes ces activités en font partie.

En fait, pour faire simple, cela signifie : bouger.

Le sport, quant à lui, est une activité physique codifiée par des règles et des institutions (les fédérations). Il se pratique souvent dans un objectif de performance, de compétition tant contre les autres que contre soi-même. Mais pas que. Il est important de distinguer les objectifs de chacun. Dans le sport, tout le monde ne recherche pas la performance. Je dirai que le plaisir de la pratique est la première chose qui rassemble les sportifs. Et c’est d’ailleurs tout un mode de vie et une vision des choses qui découlent naturellement de la pratique d’un sport.

Alors, comment bouger plus ?

Commencer par des gestes simples. Changer ses habitudes petit à petit.

Voici quelques reflexes que l’on peut mettre en place tout doucement. Ils peuvent paraître bénins, mais répétés chaque jour, voire plusieurs fois par jour, la différence est énorme au bout du compte :

*Aller au travail ou en cours à pied ou à vélo, si c’est possible.

*Descendre du bus ou du métro un ou deux arrêts avant notre destination.

*Se tourner vers les escaliers plutôt que prendre systématiquement l’ascenseur ou les escalators.

*Garer notre voiture un peu plus loin de là où l’on veut se rendre, pour marcher un peu plus.

*Faire nos petites courses (pain, journaux…) à pied.

Si déjà, on applique ces petites choses au quotidien, l’effet est indéniable.

Pratiquer un sport n’est donc pas la seule manière de se bouger : il est tout àfait possible d’être actif sans pour autant en pratiquer un au quotidien. Inutile de se mettre la pression et croire qu’il faut « courir des marathons » pour estimer avoir une dépense physique suffisante. Non.

Cela étant dit, intégrer un sport dans son quotidien va démultiplier les effets bénéfiques cités plus haut, notamment ceux relatifs au bien-être, physique et moral.  

Comment rester motivé ?

Dans tous les cas, il est important d’y aller en douceur. Modifier des habitudes acquises depuis des années ne se fait pas en un jour.

*On se fixe des objectifs réalistes. Par exemple, on commence par 10 minutes de marche, puis on augmente progressivement la durée pour atteindre les 30 minutes recommandées (voire plus). L’erreur courante est de vouloir aller trop vite. Prendre son temps permettra de progresser tout en prenant du plaisir. Et le plaisir est fondamental pour inscrire une nouvelle habitude dans le temps.

*On varie les activité(physiques et/ou sportives). Pour éviter de se lasser, on mélange les genres. : marche à pied, activités sportives, activités domestiques (bricolage, jardinage…). On n’hésite pas à écouter de la musique pendant les balades et à varier fréquemment les itinéraires.

*On prend du plaisir. Je le répète, c’est absolument essentiel. Il faut trouver la manière de bouger qui nous convient. On ne cherche pas à « faire pour faire » ou « faire pour faire plaisir à notre entourage ». Toute activité pratiquée sans plaisir finira par cesser tôt ou tard. Donc, on commence tout de suite par quelque chose qui nous plaît, afin de faire durer cette dynamique dans le temps. Et qui sait, découvrir une nouvelle passion !

Rester positif

Soyons honnêtes, même les plus sportifs d’entre nous pourront le dire : la motivation n’est pas tous les jours au rendez-vous. Non, non. Il y a des jours plus faciles que d’autres pour chacun d’entre nous.

Il est important d’apprendre à se connaitre. Savoir s’imposer du repos lorsque c’est nécessaire. Mais savoir aussi se pousser lorsque c’est la « flemme » et non pas la forme qui nous tire vers le bas.

*Une météo peu favorable à notre footing hebdomadaire ? Et bien de multiples solutions s’offrent à nous : une petite séance de gym dans le salon avec une vidéo en ligne, quelques longueurs à la piscine, un peu de musculation ou de cardio à la salle de sport…C’est l’occasion de varier sa pratique !

*Une humeur dans les chaussettes ?Justement, l’activité physique redonne de l’énergie, elle est excellente pour le moral. Elle permet de se défouler, de relâcher la pression, d’évacuer le stress que l’on peut accumuler dans notre quotidien.

*Difficile de se tenir au planning fixé ? Peut-être n’est-il pas en cohérence avec notre emploi du temps actuel. D’où l’intérêt de partir doucement et d’augmenter selon les possibilités. Et si pendant une période, pour diverses raisons, on a du mal à se tenir au planning qui fonctionne en temps normal, ce n’est pas grave. On reste motivé et une fois les impératifs passés, la routine reprendra naturellement.

Pour résumer

*La régularité est la clé, pas l’intensité.

*Saisir toutes les occasions qui se présentent dans notre quotidien : déplacements, activités ménagères, courses, jardinage, jeux avec les enfants, balade avec le chien…

*Commencer progressivement : on mise sur des activités adaptées à notre niveau et surtout, qui nous procurent du plaisir. On n’hésite pas à essayer différentes choses pour trouver ce qui nous correspond vraiment. Et, on y va par étape.

*Bouger à plusieurs peut être plus motivant. Si notre entourage ne partage pas nos envies, on n’hésite pas à se rapprocher de notre commune et des clubs qui s’y trouvent. On y fait de nouvelles rencontres en même temps, c’est tout bénef’ !

Il est important de se rappeler que pratiquer une activité sportive est avant tout un moment que l’on prend pour soi, une façon de se reconnecter avec soi-même, loin de l’agitation du quotidien.

Et ça, c’est essentiel. Qui plus est dans nos rythmes actuels…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *